QUI SOMMES-NOUS?

ACTION JUSTICE ANIMAUX est un collectif créé à l’initiative de Maître Angélique CHARTRAI ,  Avocate au Barreau de Paris, pour promouvoir les droits des animaux et de leurs défenseurs.

ACTION JUSTICE ANIMAUX réunit les différents acteurs de la lutte animaliste (associations, fondations, ONG, entreprises, activistes et militants, simples particuliers, intellectuels, artistes) pour favoriser, avec l’aide d’avocats experts et engagés, la conduite concertée de recours administratifs, poursuites pénales et actions judiciaires.

Nous, animalistes, affirmons que les animaux non humains, à qui plus personne n’ose nier la qualité d’êtres sensibles capable de vivre des expériences subjectives, de ressentir des émotions telles que le plaisir, la douleur ou la peur et dotés d’une volonté propre, ont une valeur intrinsèque qui justifie à elle seule des droits, à commencer par celui de ne pas être tués, exploités, maltraités ou enfermés selon notre seul bon vouloir.

NOS IDEES

Nous, animalistes réunis au sein du Collectif ACTION JUSTICE ANIMAUX, affirmons que les animaux non humains, êtres sensibles capable de vivre des expériences subjectives, de ressentir des émotions telles que le plaisir, la douleur ou la peur et dotés d’une volonté propre, ont une valeur intrinsèque qui justifie à elle seule des droits, à commencer par celui de ne pas être tués, exploités, maltraités ou enfermés selon notre seul bon vouloir.

 

Nous dénonçons les ravages causés par siècles de matérialisme réduisant les animaux au statut de machine et l’urgence à agir contre les excès de l’élevage, de la chasse et de la pêche industrielle, qui constituent une des principales causes de pollution et d’extinction des espèces.

Nous pensons, comme Gandhi, qu’« On reconnaît la grandeur d’une civilisation et son progrès moral à la manière dont elle traite les animaux. ».

 

Aussi ne pouvons-nous nous résoudre à l’idée que la France continue à tolérer, entre autres, au prétexte de traditions totalement désuètes ou de protection d’intérêts minoritaires, la corrida et les combats de coqs, le gavage des oies et canards, la chasse à courre, le déterrage, le piégeage, la chasse à la glu ou aux tendelles, l’expérimentation animale, l’élevage pour la fourrure, les cirques avec animaux, zoos ou delphinariums… Autant de pratiques cruelles déjà abolies dans la plupart des pays occidentaux.

De même, nous n'acceptons pas que 25% des animaux marins pris lors des pêches industrielles soient remis à la mer morts ou agonisants parce qu’ils ne correspondent pas à la demande du consommateur.

 

Nous ne tolérons pas plus que d’autres animaux passent leur misérable vie dans de minuscules cages ou boxes sans pouvoir assouvir leur besoins biologiques primaires, accéder au plein air et à la lumière naturelle ; ni que des femelles soient inséminées à longueur d’année et bourrées d’hormones provenant de fermes à sang ; ni que les poussins mâles soient broyés et une partie des veaux mâles euthanasiés dès leur naissance, au seul motif de la rentabilité.

 

Nous  réclamons, pour tous les animaux, un nouveau statut juridique conforme à l’évolution des connaissances éthologiques, de la philosophie et des mœurs, délesté des considérations utilitaristes, anthropocentristes et spécistes.